NOUVEAU: les photos de l’événement sont visibles ici.

BIENTOT ICI : la vidéo complète de la conférence (Banlieues, Vidéobaz)

Près de 400 personnes ont assisté à la conférence de Robert CASTEL sur le précariat. Outre la grande salle (150 places), deux salles annexes permettaient de suivre la conférence en duplex.

Dans son exposé de Robert CASTEL a retracé l’histoire du salariat, de condition « honteuse » à la fin du XIXème siècle (Marx) à condition enviable à l’issue de l’après guerre et jusqu’aux années ’70. A l’issue de ces 30 années de croissance, le salariat (malgré son statut de subordination très inégalitaire) dote au moins les travailleurs d’un contrat stable (CDI), d’un revenu minimum garanti, du droit du travail  et de prestations sociales (la sécurité sociale).

Au milieu des années ’70, cette condition salariale devenue « enviable » se dérégule sous la financiaraisation progressive du capitalisme (capitaux spéculatifs, mondialisation de l’économie, faiblesse de l’europe sociale). Même si l’emploi de qualité reste aujourd’hui la règle générale, plus de 70% des nouveaux contrats signés sont devenus atypiques. Une couche sociale hétérogène, le précariat, alterne ainsi petits contrats, CDD, intérims, stages, formations, chômage et aide sociale.

Il reste à en dresser une « cartographie », ce qui est un de nos objectifs à Bruxelles: le précariat est un continuum entre extrême-pauvreté, chômeurs de longue durée, petits emplois précaires et travailleurs pauvres, sans compter la frange du monde du travail qui est aujourd’hui fragilisée par ses faibles revenus ou l’instabilité des entreprises.

Les programmes de formation de CFS et les séminaires de la FGTB permettront d’approfondir cette question. Le prochain rendez-vous sera le FORUM de la FGTB de Bruxelles le mercredi 30 mars prochain.