Jeudi 12 décembre 2019 / nouvelle séance de l’atelier de pensée collective

Nouvelle séance de l’atelier de pensée collective !

Jeudi 12 décembre à 18h30

au 26 rue de la Victoire à Saint-Gilles

LE SENS COMMUN

Une large majorité des mouvements de gauche, révolutionnaires, d’éducation populaire, etc., se sont construits sur l’idée que le sens commun était l’ennemi. Qu’il fallait se débarrasser du discours réactionnaire et conservateur du sens commun, le remplacer par une pensée critique qui réévaluerait en permanence le monde avec de vrais arguments rationnels. L’émancipation passait par expliquer aux gens que ce qu’ils savent du monde est erroné, et par apporter un autre savoir. Pour que les gens se révoltent il fallait leur montrer qu’ils ne savent pas ce qu’est le monde. Lever le voile des préjugés, des superstitions, des croyances et conscientiser les gens est devenu une sorte de programme tout terrain, c’est-à-dire une démarche capable d’écraser et passer outre n’importe quelle singularité.

Bien entendu il ne s’agit pas d’affirmer que tout ce qui est sens commun est à vénérer, ce serait d’ailleurs une autre forme de mépris, un mépris vis-à-vis de la capacité inventive du sens commun. Justement, la question est celle d’un rapport possible avec un sens commun en mouvement.

Cette année nous allons un peu modifier le dispositif, notamment travailler en début de séance à partir de documents filmés. Par expérience, ils nous ont souvent permis d’ancrer nos discussions sur des terrains plus concrets. Le problème n’est pas de prendre le temps pour penser, cela reste la raison d’être de l’atelier, mais d’éviter de se perdre dans des discussions trop vagues.

Pour cette première rencontre nous proposons de voir, ou de revoir, un court-métrage classique intitulé « Ici et ailleurs », réalisé par Jean-Luc Godard. Ce film qui date de 1974 nous intéresse parce qu’il est traversé par la question qui nous occupe. En effet, dans une première version du film qui parle de la résistance palestinienne, il est question d’expliquer ce qui s’y passe par des généralités. De montrer que ce qui s’y passe se résume à un schéma que l’on peut lire dans la réalité, ici ou ailleurs… Quatre ans plus tard le même réalisateur monte le film d’une manière très différente, dont il tente d’expliquer les enjeux. Il est désormais question de regarder, de prendre en compte ce que les gens filmés savent, ce qu’ils font, la manière de les comprendre des spectateurs, les images, les sons que les uns et les autres ont en tête. Tous ces éléments qui produisent d’une certaine manière un sens commun.

Isabelle Stengers et Guillermo Kozlowski

En collaboration avec le CFS-ep asbl

Plus d’infos ?

Adresse : 26 rue de la Victoire, 1060 Bruxelles
Téléphone : 02 543 03 08

Toutes nos activités sont gratuites et libre d’accès. Il n’y a pas de réservation.