Mardi 10 septembre à 18h00

Nous nous voulons vivantes, libres et désendettées !

Une lecture féministe de la dette avec Luci Cavallero et Verónica Gago

En partenariat avec le CFS-ep, le CADTM, Vie Féminine Bruxelles  et La Marche Mondiale des Femmes.

JPEG - 49.6 ko

 Y a-t-il un lien entre féminisme et monde de la finance ? Pourquoi les femmes et les personnes LGBTQI+ sont plus endettées que les hommes ? Y a-t-il un lien entre les violences aux corps féminisés, l’exploitation de travailleurs-euses et la dette ? Selon Luci Cavallero et Veronica Gago, autrices du livre Una lectura féminista de la deuda (Une lecture féministe de la dette), publié aux éditions Rosa Luxemburg Fundation, 2019 et activistes du mouvement Ni Una Menos en Argentine, l’analyse féministe est la clé fondamentale pour comprendre non seulement les rapports de pouvoir dans la société mais aussi l’impact genré de la dette privée.

JPEG - 42.1 ko

Si on veut changer les choses – affirment les autrices – « il est nécessaire de dé-confiner, de de-privatiser cette problématique, lui donner un corps, une voix, un territoire ». Pratiquer « un geste féministe » sur la dette » ! Autrement dit, expliciter et collectiviser la violence de la dette pour en finir avec elle. L’analyse féministe nous permet également d’associer la problématique de la dette à d’autres formes d’exploitation, en premier lieu celle des corps féminisés et celle dont sont victimes les travailleurs et travailleuses de l’économie formelle comme informelle. Il faut oser désobéir aux créanciers pour réussir à briser cette association entre violence domestique, du monde du travail et de la finance sur laquelle le capitalisme financiarisé se base.

 

Accessible sur inscription à info@cfsasbl.be !

Université Populaire de Bruxelles, 26 rue de la Victoire, 1060 Saint-Gilles